Actu.

Maintenir l’urgence sociale coûte que coûte

Publié le 18-03-2020

Au beau milieu de cette crise majeure, sans précédent, la collectivité n’oublie pas les plus démunis.
Ce mercredi matin, Christophe Bois, adjoint aux affaires sociales et coodonnateur de la cellule de crise Ville/ECLA/CCAS s’est rendu en différents lieux pour prendre la mesure des besoins en matière d’urgence sociale.
À la Croix-Rouge française à Lons, 90 rue Pierre et Marie Curie la seule épicerie sociale encore ouverte dans le département est prête à faire face dans beaucoup de domaine avec suffisemment de bénévoles (70 environ) « Par contre nous allons arriver très vite à cours de fruits et légumes frais, s’inquiète l’un des responsables, si quelqu’un peut nous aider cela ne sera pas de refus ! »

L’épicerie est ouverte de 14h à 16h30 chaque jour du lundi au vendredi. Elle reçoit des personnes qui souvent viennent avec des bons d’alimentation décernés par le CCAS.

Une heure plus tard, Christophe Bois était présent au CCAS pour faire le point sur cette urgence alimentaire.
Dans ce cadre, le Pôle social du CCAS de Lons animé par Éric Mourez est organisé depuis l’ordre de confinement pour continuer coûte que coûte à répondre aux besoins des plus démunis.
Au CCAS, un accueil téléphonique (03 84 47 88 19 ) permet d’évaluer les situations. Outre le responsable du pôle, deux assistantes sociales sont présentes sur place aux horaires de bureau et sont susceptibles de rencontrer les personnes en détresse.
Un permanent de jour est présent sur l’accueil de nuit qui est désormais ouvert 24h/24?. il s’ajoute aux permanents de nuit qui sont restent mobilisés pour aider au confinement des personnes accueillies.
Il leur faut également gérer les demandes d’accès à l’accueil de jour pour les douches et la laverie.

Dans ces circonstances particulières Éric Mourez fait également la liaison fonctionnelle et logistique entre les sites.
Deux écoutants du 115 alternent chaque jour à domicile pour que cette astreinte soit toujours opérationnelle.

Coronavirus ou pas, l’urgence alimentaire est assurée grâce à ce lien entre le CCAS et l’épicerie de la Croix Rouge mais aussi deux magasins partenaires.