Non classé

Des contes de Noël lus à distance !

Publié le 29-12-2020

La pandémie de coronavirus est difficile à vivre mais elle a fait naître parfois de belles histoires. L’une d’elles est due à la collaboration créative entre le CCAS de la Ville, la médiathèque des 4C et la compagnie de Valantigney « À la lueur des contes ».

 
À l’origine de cette idée, se sont croisées plusieurs expériences déjà réussies: – le réseau Domilivre qui permet au CCAS de disposer des ressources de la médiathèque et à des bénévoles de porter des livres, des CD à des seniors qui vivent seuls et souvent ne peuvent quitter aisément leur logement.
Pour certaines personnes atteintes de handicaps liés à l’âge des lecteurs audio sont mis à leur disposition.
– Parallèlement, sous l’égide du CCAS toujours, Rosa Mercedes, le personnage joué par Léa Ostermann rend visite à des personnes âgées chez elles et partage avec elles rires, chansons et souvenirs. Un moment de bonheur qui a donné l’idée à Aurélie Burden, la permanente du CCAS chargée des personnes âgées et du réseau Tiss’âges de poursuivre l’expérience pour offrir un Noël pas comme les autres.
Cette idée ce fut de proposer à des seniors d’entendre des contes de Noël lus non pas à domicile compte-tenu des circonstances mais à distance par le biais d’un téléphone. Sept ont accepté.
« À ces personnes qui ne sortent pratiquement plus de chez elle, c’était l’occasion de proposer un voyage dans l’univers du conte » raconte Aurélie qui a proposé à la médiathèque de sélectionner des contes et à la compagnie « À la lueur des contes » de les lire de cette façon inédite: un défi pour tous.
 
Un premier rendez-vous téléphonique a été pris avec les personnes qui avaient accepté l’idée de se prêter au jeu. Un appel du conteur à son unique public, histoire de lier connaissance et d’établir un rapport de confiance. Ce premier contact permettait aussi au conteur de choisir le nombre, la complexité et la durée du ou des contes le ou les mieux adapté(s). Rendez-vous téléphonique était pris pour le grand jour.
 
La lecture durait jusqu’à 45 minutes selon les cas et les retours recueillis par Aurélie témoigne de la joie procurée et reçue avec cette parenthèse dans un quotidien uniforme. « Ils ont exprimés leur bonheur d’avoir pu se replonger dans l’enfance, ce qui permet en même temps un travail sur la mémoire. »  En effet, les contes étaient souvent puisés dans le répertoire régional et les histoires se finissaient bien, ce qui par les temps qui courent n’était pas mal venu.
 
L’histoire de ces rencontres insolites a pris fin mais il pourrait s’agir d’une fin provisoire. Certains conteurs ont d’ores et déjà pris rendez-vous avec leur écoutant pour une rencontre d’après confinement. Et le CCAS a en tête une éventuelle poursuite.

À suivre donc… NB : photos publiées avec le consentement des personnes