accueil
Retour Accueil

Musée des Beaux-Arts

Le musée de Lons-le-Saunier a été fondé en 1817 par la Société d’émulation du Jura. Constitué en grande partie de dons successifs importants, ce musée fut d’abord installé dans une salle de la préfecture, puis en 1857, transféré dans une aile de l’hôtel de ville.

La section beaux-arts de ce musée municipal est la seule visible de manière permanente aujourd’hui. Le parcours présente, au rez-de-chaussée, une partie de la collection de sculptures et, au premier étage, de celle de peintures. Deux salles, dont l’espace patrimonial de l’ancienne bibliothèque, sont consacrées aux expositions temporaires, qui présentent notamment par roulement les collections archéologiques et d’histoire naturelle.


La collection beaux-arts présente des sculptures du XIXe siècle créées par les artistes Antoine Etex (1808-1888), François-Rupert Carabin (1862-1921), Max Claudet (1840-1893), ou encore Jean-Joseph Perraud. Cet artiste d’origine jurassienne (Monay, 1819-Paris, 1876) légua au musée le fonds de son atelier ainsi que sa propre collection d’œuvres d’art. Parmi ses œuvres les plus prestigieuses, citons L’Enfance de Bacchus, Les Adieux de Jason, Le Désespéré, et Le Drame lyrique, plâtre original du groupe en pierre ornant la façade de l’Opéra Garnier à Paris.

Jean-Joseph Perraud
Monay, 1819 – Paris, 1876
L’Enfance de Bacchus, 1863
Marbre
Dépôt du musée d’Orsay, 1986 (inv. D.1998.15.1)
© Musées de Lons-le-Saunier / Jean-Loup Mathieu

 

Le fonds de peintures est riche de nombreux chefs-d’œuvre représentatifs des écoles nordique, italienne et française : Le Massacre des Innocents et Le Dénombrement de Bethléem de Pieter Breughel le Jeune (1564-1637/38), Ce que l’on fait pour de l’argent d’Adriaen Van de Venne (1589-1662), L’annonce aux bergers d’Adam Colonia (1634-1685), comptent parmi les tableaux significatifs de la peinture nordique du XVIIe siècle. L’école italienne des XVIIe et XVIIIe siècles est présente par des œuvres telles que Rosemonde forcée de boire dans le crâne de son père de Pietro della Vecchia (1605-1678), Hero et Leandre d’Antonio Triva (1626-1699) et Andromède et Persée de Pietro Negri (1628-1679).

L’école française est représentée par des tableaux du XVIIIe siècle, en particulier ceux de Nicolas Bernard Lépicié (1735-1784) et de Charles Meynier (1768-1832), ainsi que par des artistes du XIXe siècle dont Gustave Courbet (1819-1877) avec cinq tableaux parmi lesquels Le Chasseur allemand et La grotte sarrazine.

Gustave Courbet
Ornans, 1819 – La Tour-de-Peilz, Suisse, 1877
Le Chasseur allemand, 1859
Huile sur toile
Don Jean-Paul Mazaroz, 1886 (inv. 188)
© Musées de Lons-le-Saunier / Jean-Loup Mathieu

 

Une partie de la collection ethnographique extra-européenne est par ailleurs visible au sein du parcours, tout comme un objet ou ensemble d’objets archéologiques ou d’histoire naturelle selon le programme des Rendez vous aux musées !

Haut