accueil
Retour Accueil
Aujourd'hui 16/12
Non classé

Le chantier de la Maison de Santé est lancé

Publié le 01-12-2017

Des jeunes médecins généralistes, un laboratoire d’analyse, différentes professions de santé et la médecine du travail vont occuper cet équipement structurant d’ici un an

Mardi 28 novembre marquait la pose de la première pierre de la Maison de santé, rue des Mouillères.
Cette cérémonie se voulait plus symbolique pour lancer officiellement la concrétisation d’un projet phare que synchronisée avec le début des travaux, puisque le chantier a démarré en septembre.

Le Maire Jacques Pélissard avait réuni à ses côtés
Richard Vignon, Préfet du Jura,
Françoise Tenenbaum, conseillère régionale de la Région Bourgogne-Franche-Comté, déléguée à la santé, représentant la présidente Marie-Guite Dufay),
Cyrille Brero vice-président du Conseil départemental du Jura (Jura – le Département), représentant le président Clément Pernot),
Sylviane Simoni directrice du service Aide à la Maîtrise d’Ouvrage à la Semcoda qui conduit l’opération,
Cécile Chassande présidente de l’Ordre des Médecins du Jura
et Anne Barthen, médecin et présidente de l’Espace Santé Lédonien.
Tous ces noms figureront sur le parchemin scellé dans la première pierre posée par la maire de Lons.
Cette dernière sera ensuite coulée dans le béton du bâtiment dont la construction a été ainsi officialisée en présence des entreprises concernées (GC Bat, Caniotti, Gauthier, Nouveau, les cabinets d’architectes Arche et Addic’t), des services de la Ville et de nombreux élus municipaux autour de Daniel Bourgeois, 1er adjoint, et Éric Vuillemey, adjoint au bâtiment et à la performance énergétique.

Dans la grande salle de l’Espace Mouillères, le Maire a pris ensuite la parole pour remercier les différents acteurs et financeurs de ce projet inscrit dans une triple perspective:

– une approche cohérente en matière d’urbanisme, avec une construction neuve qui fera le trait d’union entre le centre ville et les deux quartiers les plus peuplés de Lons (Mouillères et Marjorie) où vivent beaucoup de jeunes mais aussi 20% de personnes âgées dont plus de la moitié ne conduisent pas ou plus.
« Ce projet est important pour la cohésion sociale, a souligné Jacques Pélissard, il participera à la solidité du tissu social urbain ».

– la construction d’une maison de santé sur une ancienne friche industrielle est la meilleure réponse que l’on puisse apporter à la revitalisation du secteur

– cette construction, doublée d’un immeuble de 20 logements, finalise le renouvellement du quartier qui de la place du 8 mai à la rue des Lilas, sera totalement transformé avec la réhabilitation de l’Espace Mouillères et la construction de l’Ehpad des Petites Soeurs des pauvres.

Le maire a également officialisé mardi soir l’engagement du laboratoire Médilys de construire à côté de la Maison de santé, sur le tènement Biokosma, une nouvelle unité de prélèvement et d’analyses.
Cette implantation complètera la nouvelle offre de santé.

À ce sujet, Jacques Pélissard a insisté sur l’action menée de longue date avec les médecins notamment l’Espace Santé Lédonien présidé par Anne Barthen et l’Ordre des médecins présidé par Cécile Chassande.
Ce dialogue remonte au diagnostic de 2012 sur les besoins en matière de santé mené avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), poursuivi avec le contrat local de santé l’année suivante.
Dans le sillage d’Anne Barthen, cinq médecins généralistes sont inscrits dans ce projet dont ils seront le socle.
Parmi eux de jeunes médecins.
D’autres professionnels de santé compléteront l’offre : infirmier.ère.s, sage-femmes, kinés, neuropsychiatre, podologue, diététicien.ne,…
Comme l’a souligné Cécile Chassande, «

Enfin, reconstruire la ville sur la ville, se renouveler en quelque sorte est une marque de fabrique de la politique municipale lédonienne (on l’a vu avec la médiathèque ou encore l’école Bernard-Clavel), cette vision urbanistique permet en outre de progresser sur le plan environnemental.
En effet le site de l’ancienne usine Bourgeois c’était 8000 m² entièrement imperméabilisés.
Demain grâce à ce projet cofinancé par l’État, l’Europe, la région, le Département et la Ville, 30% du sol sera équipé de dalles-gazon qui permettent la percolation des eaux d’infiltration.
Par ailleurs, le bâtiment de 20 logements construit en bordure de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, sera relié au réseau de chaleur de la ville, alimenté par l’incinération des déchets ou le bois énergie.

Haut